Comment bien gérer les traductions dans un PIM ?

 

Vous vendez vos produits à l’international ?

Vous voulez savoir comment optimiser la gestion de vos traductions dans un PIM ?

L’équipe NEXTPAGE©, éditeur et intégrateur PIM, vous explique tout en détails !

 

gestion des traductions dans un PIM

Si vous vendez vos produits à l’international, vous aurez plus de chances d’augmenter vos ventes en adaptant et traduisant les données de vos produits. La grande majorité des internautes et des consommateurs en général achèteront des produits si l’information est disponible dans leur langue maternelle.

Adapter vos informations produits, ce n’est pas traduire. C’est bien plus que cela : c’est personnaliser le contenu en fonction du pays, de la culture locale, de la géographie, du climat, des normes en vigueur. C’est donc être au plus près des besoins du client.

De plus, de bonnes traductions amélioreront l’expérience produit et rassureront le consommateur. Rien de plus désagréable de trouver sur le Web ou sur des catalogues papier des informations produits mal traduites. Nous vivons tous cette situation régulièrement.

Avec un PIM, une entreprise peut collecter, centraliser, enrichir, traduire et diffuser ses informations produits. De loin, la traduction peut paraître un sujet relativement simple. Il peut en fait s’avérer complexe, selon la volumétrie, le nombre de langues, les traducteurs différents, la technicité des produits.

Alors, comment bien gérer les traductions dans un PIM ?

Au sommaire :

    Quels moyens pour gérer les traductions dans un PIM ?

    Différents moyens existent dans un PIM pour traduire vos fiches produits.

    Vous pourrez :

    • traduire directement dans l’interface, à partir d’une langue de référence,
    • exporter les contenus à traduire dans un fichier (Excel ou XLIFF), avec une langue de référence,
    • utiliser l’API d’outils et de services de traduction (TextMaster, SDL Trados, …).

    Les outils de traduction (TextMaster, SDL Trados, …) peuvent d’ailleurs gérer votre propre mémoire de traduction (avec votre propre terminologie). Cela garantira une réutilisation de traductions existantes et une bonne qualité des traductions. Cette mémoire de traduction intègrera non seulement les contenus du PIM mais tous les autres contenus de l’entreprise nécessitant d’être traduits.

    Quelques mots sur le format XLIFF : c’est un format XML d’échange pour les traductions. Ce format présente l’intérêt de pouvoir exporter toute une fiche produit, en indiquant les contenus à traduire et les contenus déjà traduits (ou à ne pas traduire). Le traducteur peut alors traduire en ayant connaissance du contexte du produit, afin d’optimiser ses traductions et éviter les faux-sens.

    livre blanc PIM DAM

    COMMENT RÉUSSIR VOTRE PROJET PIM / DAM

    Les 9 étapes clés qui vous permettront de mener à bien votre projet !

    Comment améliorer la qualité des traductions avec un PIM ?

    Pour améliorer la qualité des traductions, il faut d’abord s’entourer de traducteurs qui connaissent bien vos produits et votre marché.

    Ensuite, la mise en place et l’utilisation d’une mémoire de traduction d’entreprise vous permettra de capitaliser et d’homogénéiser les traductions.

    Enfin, il est indispensable de définir et de mettre en place des processus de traductions dans le PIM :

    • saisie initiale des informations par les contributeurs dans une langue native (langue maternelle préconisée),
    • définition d’une langue pivot, qui permettra, après traduction de la langue native vers la langue pivot, de traduire dans toutes les autres langues,•
    • calcul du delta des contenus à traduire (non traduits ou modifiés dans la langue native),
    • déclenchement manuel ou automatique des traductions,
    • réinjection manuelle ou automatique des traductions,
    • workflow de relecture et de validation.

    Dans la solution PIM NEXTPAGE©, il est par exemple possible de définir pour chaque produit une langue native. Cela permet aux entreprises qui ont des filiales d’intégrer dans le PIM des produits locaux dans la langue locale.

    Comment optimiser les coûts de traductions dans un PIM ?

    Selon la volumétrie et la fréquence de traductions, les coûts de traduction peuvent être très importants. Ils sont d’ailleurs souvent un frein à la traduction.

    Pour optimiser ces coûts, différentes fonctionnalités sont disponibles dans le PIM :

    • choix des caractéristiques des produits à traduire et à ne pas traduire (pour éviter d’envoyer en traduction des contenus qui ne sont pas à traduire),
    • calcul du delta de traduction par rapport aux modifications dans la langue native (pour éviter d’envoyer en traduction des contenus déjà traduits),
    • réutilisation des contenus et traductions existantes (sans générer de contenus dupliqués),
    • interfaçage à une mémoire de traduction d’entreprise.

    Des validations correctes (et au bon moment) des produits dans leurs langues natives éviteront également de faire des allers-retours de traduction et de générer des coûts inutiles. La mise en place de workflows de validation dans le PIM devrait supprimer en grande partie ce type de problèmes.

    démo PIM gratuite

    Le plus simple, c'est de tester vous-même (et avec vos données) la solution PIM NEXTPAGE© !

    La gestion des traductions dans le PIM NEXTPAGE© ?

    Dans la solution PIM NEXTPAGE©, vous pourrez :

    • définir une langue native pour chacun de vos produits et une langue pivot,
    • mettre en place des workflows de traductions,
    • automatiser les exports / imports de traductions,
    • interfacer NEXTPAGE© à votre mémoire de traduction,
    • gérer autant de langues que vous souhaitez,
    • diffuser vos informations produits traduites sur vos supports papier ou digitaux.

    Contactez-nous pour échanger sur les processus de traductions dans un PIM

    Politique de confidentialité

    6 + 9 =